A chacun son appareil : cinq conseils pour un projet BYOD réussi

Orange va, lui aussi, déployer un projet de Bring Your Own Device (BYOD). Les collaborateurs d'Orange pourront bientôt utiliser leur appareil mobile et leur tablette à des fins professionnelles. Les principaux systèmes (iOS, Android et Windows) seront pris en charge.

“Notre approche consiste à tester préalablement la nouvelle technologie en interne”, explique Michaël Peeters, directeur d’Enterprise IT chez Orange. “Mais la véritable valeur ajoutée de notre projet BYOD réside dans l’augmentation de la productivité et de la mobilité de nos collaborateurs. Qui plus est, un employeur qui permet à ses travailleurs d’amener leur appareil personnel est plus attrayant.” 

L’expérience acquise dans le cadre de ce projet BYOD sera également utile à Orange dans son rôle de prestataire de services : “Fort de l’expérience engrangée, notre service informatique interne soutiendra, en effet, l’offre Enterprise Mobility 3.0 d'Orange sur le marché”, poursuit Michaël Peeters. “Ce genre de collaboration est unique pour une entreprise.” Sur la base de son expérience en tant que directeur informatique, Michaël Peeters formule cinq conseils susceptibles d’aider votre entreprise à déployer un projet BYOD.

 

1 - Commencez par un projet pilote et étendez-le progressivement

“Mieux vaut commencer par un petit groupe d’utilisateurs, de préférence issus de différents départements”, conseille Michaël Peeters. L’entreprise peut, ainsi, tester la réaction de l’infrastructure (y compris le réseau wifi) face à un usage mobile intensif. Dans le même temps, vous vous faites une idée du temps et de la prise en charge que nécessitent les appareils mobiles dans un environnement professionnel.

 

2 - Passez des accords formels avec le personnel

Pas de BYOD sans une politique et des engagements clairs quant à la sécurité de l’information, aux antivirus à installer sur les appareils mobiles, aux mots de passe sécurisés, à la possibilité de supprimer des données professionnelles à distance…

 

3 - Surveillez les coûts informatiques

N’oubliez pas que la prise en charge d’appareils mobiles requiert davantage d’efforts. “Nous y avons remédié en réformant le service desk en profondeur pour en faire un service ‘do it yourself’ pour les utilisateurs finaux. On nous contacte souvent pour les mêmes problèmes ou questions, par exemple la réinitialisation d’un mot de passe. Tout s’effectue désormais automatiquement ou via notre portail self-service.”

 

4 - Ne perdez pas de vue la fiscalité

“Notre entreprise fournit encore un ordinateur fixe ou portable à tout le monde, outre la possibilité de pratiquer le BYOD. S’il s’agit, dans les deux cas, d’un instrument de travail, seuls les ordinateurs fixes et portables font l’objet d’un régime fiscal avantageux. Ce n’est pas le cas du BYOD. Si la fiscalité venait à évoluer, on pourrait imaginer de nouveaux modèles plus flexibles, par exemple le CYOD (Choose Your Own Device) et la disparition des pc professionnels”, souligne Michaël Peeters. 

 

5 - La vraie valeur ajoutée ? Les applications

Les entreprises peuvent gérer et sécuriser les appareils mobiles, mais la véritable valeur ajoutée réside dans les applications et dans leur intégration dans les processus d’entreprise. Michaël Peeters : “Elles permettent de réaliser une foule de tâches (approbation d'une commande, suivi d’une visite chez des clients…) en déplacement ou quand on a un moment de libre. De quoi doper l’efficacité et la productivité.”

 

 


Pour d’autres astuces utiles en matière de BYOD, lisez notre livre blanc gratuit consacré au nouvel équilibre entre travail et vie privée et sur l’évolution de la communication qui en découle. 
Téléchargez-le dès maintenant ici.

 


 

Intéressé par notre offre?

Vous souhaitez un rendez-vous commercial ? Un conseiller vous rappelle.

Découvrez encore plus