7 préjugés sur l'Internet of Things clarifiées

19.11.2015

‘Il s’agit d’une nouvelle tendance, qui convient exclusivement à certains secteurs comme celui des transports.’ De nombreuses idées fausses circulent sur l’Internet of Things. Revenons sur les principales.

1. L’Internet of Things est un nouveau phénomène

L’Internet of Things (IoT) fait l’objet d’innombrables articles de journaux et de rapports. Pourtant, ce concept est déjà profondément ancré dans les entreprises.

"Nous utilisons déjà l'IoT depuis des années, mais sans lui donner ce nom", explique Bert De Winter, directeur ICT chez De Watergroep, une organisation gouvernementale spécialisée dans l’approvisionnement en eau. "Nous avons eu recours à des systèmes SCADA dans notre organisation afin de surveiller et de piloter sans fil notre environnement de production. Aujourd’hui, le principe d’IoT est le même", dit-il.

Pas si nouveau donc, mais en constante évolution, souligne Peter Leemans, fondateur et CTO de l’entreprise de technologie Allthings Talk (photo). "Il s’agit d’une amélioration continue.", explique Peter Leemans, "Aujourd’hui, il est très facile de capter des données. Avant, ce privilège était réservé aux grandes entreprises" dit-il. La technologie est de plus en plus accessible et abordable. Et l’évolution ne s’arrête jamais. Il suffit de penser au succès fulgurant des appareils wearables et des nouveaux réseaux data tels que les réseaux mobiles à haut débit comme la 4G+ et la 5G. Sans oublier les réseaux étendus à faible puissance, tels que SigFox et LoRa."  

 

2. L’Internet of Things concerne surtout le marché grand public

Des applications grand public telles que le Coyote pour les informations routières ou le thermostat intelligent sont de beaux exemples d’applications IoT. L’essentiel de l’IoT est pourtant déployé dans les entreprises, tous secteurs confondus, et dans le secteur public. Chez Orange, 60 à 70 % des projets IoT concernent, par exemple, le secteur des affaires.

Peter Leemans de Allthings Talk s’attend surtout à une forte croissance sur le marché des entreprises. Et pour une bonne raison, selon lui. "Si les objets ou les machines de votre entreprise communiquent sans cesse mutuellement, vous ne devrez pas vous demander où se trouve un élément particulier dans la chaîne logistique, quand une installation particulière nécessite un entretien ou ce que souhaitent vos collaborateurs et clients", illustre-t-il.

Selon Peter Leemans, l’IoT commence par un processus d’entreprise qui peut être amélioré par l'ajout d'un capteur pour transmettre des données en direct ou exécuter une manipulation précise. "Avec des investissements parfois très modestes, une bonne idée peut vite générer un rendement appréciable."

 

3. L’Internet of Things concerne uniquement les grandes entreprises

Contrairement à ce que l’on croit, l’utilisation de l’IoT ne concerne pas vraiment les grandes organisations et les multinationales. Comme la technologie est plus accessible, des organisations de plus petite taille peuvent également y recourir. "70 % des développeurs IoT et M2M travaillent aujourd’hui dans des start-ups ou des PME", explique Peter Leemans.

 

4. L’Internet of Things convient surtout au secteur des transports

Avec son tracking et tracing, le secteur des transports est l’un des principaux utilisateurs de l’IoT. Mais c'est également le cas de nombreux autres secteurs comme l’agriculture, la santé, le marché grand public, le secteur des services, le secteur des paiements ou le marché de l’énergie.

"Ma propre organisation en est un bel exemple", observe Bert De Winter de De Watergroep. "Nous sommes une entreprise publique qui se spécialise dans l’eau potable."

 

5. L’Internet of Things concerne de petites quantités de données

L’IoT se composerait d’innombrables machines et cartes SIM qui généreraient toutes de petites quantités de données.

Une erreur, affirme Bert de Winter. "Tout dépend simplement de la quantité de données transmises par l’application. Parfois, de nombreux traitements de données peuvent déjà survenir sur la machine, alors que ce n’est pas nécessairement vrai dans d’autres cas", expose-t-il.

L’essor de la 4G apporte aussi de nouvelles possibilités, comme la capture et la transmission d’images vidéo à des fins de surveillance ou les connexions WiFi dans les véhicules. Autant de services qui entraînent la transmission d’une grande quantité de données.

 

6. L’Internet of Things se limite à l’efficacité et à un usage opérationnel

On pense souvent que les projets IoT sont opérationnels par définition et visent la marge. C’est pourtant faux. Certains projets sont assez stratégiques. "Dans notre organisation, l’IoT est utilisé pour élaborer des modèles sur les nappes phréatiques, ce qui est manifestement stratégique sur le plan de la vie sociale", indique Bert de Winter chez De Watergroep.

La portée du concept va donc au-delà des économies et de l’efficacité. "Avec l'essor des capteurs bon marché, et en utilisant de bonnes méthodes pour récupérer les données de ces capteurs, une entreprise peut y gagner en efficacité, améliorer ses produits et explorer de nouveaux modèles d’affaires", affirme Peter Leemans. Mais dans de nombreux cas, l’IoT offre également la possibilité de réinventer votre organisation et ses processus. "Un projet IoT se décide souvent au niveau du CEO : il lui fournit, en effet, des informations stratégiques."

Peter Leemans souligne également l’impact sur l’ensemble de l’économie. "Bon nombre d’entreprises émergentes se fondent sur la technologie mobile. L’IoT est une révolution, surtout dans le monde des affaires. Les entreprises comme Uber et Nest l’ont bien compris. Et elles ne sont pas les seules."

 

7. Tout existe déjà

De nombreuses personnes ont tendance à penser que nous sommes au terme des développements dans le monde des affaires.

Ils sont loin de la réalité, constate Peter Leemans. "En 2014, plus de 2 milliards d’appareils intelligents ont été vendus. En 2020, nous atteindrons 30 milliards", prédit-il. Selon lui, le problème est que de nombreuses entreprises se préoccupent trop de leur produit.

"Nous devons oser innover et penser ‘out-of-the-box’", dit-il. Il prend notamment l’exemple d’entreprises énergétiques qui se lancent dans la location de voitures électriques. "Comme ils sont propriétaires du réseau d’énergie, ils mettront en place des bornes de chargement intelligentes. Penser de manière cross-market, c'est ça, l'avenir."

 

Vous souhaitez travailler de manière plus intelligente grâce à l’Internet of Things ? Orange est le leader du marché Machine-to-Machine. Avec nos partenaires spécialisés, nous vous offrons des solutions à la mesure de votre entreprise.

Intéressé par notre offre?

Vous souhaitez un rendez-vous commercial ? Un conseiller vous rappelle.