Orange lutte contre le réchauffement climatique

30.06.2021

Depuis décembre 2019, la responsabilité sociétale des entreprises fait partie intégrante de la stratégie Engage2025 d’Orange. Deux enjeux : l’inclusion digitale et la planète. Anne De Vos, Brand & CSR Manager, évoque l’approche écologique d’Orange.

Les émissions totales de CO2 d’Orange Belgium ont baissé de près de 80 % depuis 2006. Orange Belgium entend réduire les émissions restantes d’encore 20 % d’ici 2025. "La technologie digitale est une des solutions envisagées pour lutter contre le réchauffement climatique, notamment parce qu’elle permet de réduire les déplacements. Mais nous devons aussi tout mettre en œuvre pour faire baisser nos propres émissions de CO2", souligne Anne De Vos. "Nous nous sommes engagés à atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2040, soit dix ans avant la date limite fixée pour le secteur. Cette ambition est conforme aux engagements pris en 2015 dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat."

 

Responsabilité

En tant qu’opérateur télécom, Orange a conscience du rôle prépondérant qu’elle joue dans le domaine de la responsabilité sociétale des entreprises. "Il s’agit d’une responsabilité partagée entre l’opérateur Orange et ses clients. C’est à nous de sensibiliser les clients tout en leur offrant les outils pour qu’ils participent en leur qualité de clients", explique Anne De Vos.

Orange s’efforce de réduire considérablement ses émissions de CO2 de diverses manières. "Nous renforçons l’efficacité énergétique de nos réseaux, en réduisant notamment les émissions de CO2 de nos centres de données", affirme Anne De Vos. "Nous utilisons des panneaux photovoltaïques et des éoliennes comme sources d’énergie renouvelable. Nous réduisons également la consommation de nos bâtiments et de nos véhicules. Le plan de mobilité d’Orange vise à offrir aux collaborateurs une plus grande flexibilité dans leurs déplacements, en fonction de leurs besoins spécifiques, de la météo, du trafic, etc. En échange, les travailleurs sont encouragés à envisager des moyens de transport plus respectueux de l’environnement. Nous voulons ainsi réduire de 30 % notre empreinte carbone liée à la mobilité d’ici 2023. Dans le même temps, nous investissons dans des solutions de capture du carbone pour réduire nos émissions résiduelles. Enfin, nous voulons intensifier nos efforts dans les domaines de l’énergie et de l’économie circulaire." 

 

BuyBack

"La digitalisation a également un impact sur l’environnement, via l’utilisation d’appareils électroniques, notamment les smartphones", poursuit Anne De Vos. "On estime à plus de 10 milliards le nombre de smartphones vendus dans le monde depuis 2007. Composés de plastique et de verre, ils contiennent aussi beaucoup de métaux précieux. Les smartphones sont encore essentiellement le fruit d’un modèle économique linéaire : exploitation minière, production concentrée en Asie, innovation rapide et cycle de vie court, avec peu de collecte et de recyclage. D’après les estimations, il faut environ 70 kg de matières premières pour fabriquer un smartphone de 120 g, soit 500 fois son poids."

Afin de lutter contre l’extraction de nouvelles matières premières et de s’orienter vers une économie plus circulaire, Orange collabore avec des partenaires qui rachètent des appareils mobiles usagés pour les réparer et leur offrir une seconde vie. Les appareils qui ne peuvent plus être réparés sont démontés et recyclés dans les règles de l’art. "Les Belges changent de téléphone en moyenne tous les deux ans, alors que dans 88 % des cas, il fonctionne toujours. Grâce au programme BuyBack, nous avons réduit les émissions de CO2 de 239 tonnes et planté 1 500 arbres en Belgique en 2020", précise Anne De Vos.

 

Découvrez comment Orange aborde l'entrepreneuriat durable

Intéressé par notre offre?

Vous souhaitez un rendez-vous commercial ? Un conseiller vous rappelle.